(J+75) Brésil – Bonito et ses eaux cristallines

Bonito, une petite ville de 18 000 habitants qui ne paye pas de mine, mais dont les environs regorgent de merveilles de la nature. D’ailleurs, « bonito » en portugais signifie « joli », comme en espagnol. C’est de bonne augure !

Après notre magnifique séjour dans le Pantanal, nous prenons le bus pour un trajet de quatre heures afin de rejoindre Bonito, une petite ville de 18 000 habitants qui ne paye pas de mine, mais dont les environs regorgent de merveilles de la nature. D’ailleurs, « bonito » en portugais signifie « joli », comme en espagnol. C’est de bonne augure !

bonito_map

Nous faisons ce petit bout de chemin vers Bonito avec Miranda, la jeune hollandaise rencontrée pendant notre excursion dans le Pantanal. Arrivés dans la ville, malheureusement l’horizon s’obscurcit avec l’arrivée de nuages menaçants et l’orage qui gronde au loin.

I1

Nous ne perdons pas de temps à trouver un hostel et Miranda file de son côté tenter sa chance ailleurs en espérant trouver un logement avec piscine. Heureusement pour nous, une averse tropicale s’abat sur nous à peine nos sac à dos posés à la réception de l’hostel… Ouf !

E1

Le lendemain, nous partons en quête des activités à faire dans la région, et ce n’est pas une mince affaire tellement la liste est longue : 8 activités de snorkeling, 3 visites de caves, 2 canyoning, 5 cascades, 4 plongées sous-marine, 5 piscines naturelles, des tours urbains, des excursions à cheval, un aquarium, un centre entièrement dédié aux serpents (Project Jibóia), une visite d’un atelier de fabrication de cachaça, etc. On ne sait plus où donner de la tête !

I2

Par contre, l’avantage de Bonito, c’est que la réservation des activités est régie directement par l’organisme qui les supervise : inutile donc de faire le tour des agences et autres tours opérateurs de la ville pour chercher le mieux disant, tout les prix sont fixes et non négociables ! La seule différence (minime) se trouve dans la gestion logistique du transport de l’hôtel vers le lieu de l’activité.

Notre attention s’était porté initialement sur deux snorkelings (« Rio Sucuri » et « Rio Da Prata »), la visite de la grotte « Lago Azul » et la plongée sous-marine « Abismo Anhumas ». Mais étant donnée la météo maussade annoncée pour toute la semaine, ça s’annonce compliqué… Vu le temps, on décide ne pas s’éterniser à Bonito mais de quand même faire deux excursions : le snorkeling Rio da Prata et la grotte Lago Azul pour profiter de la beauté de la région. On préservera ainsi le porte-monnaie car les tarifs sont élevés !

J1

En attendant, on part visiter la ville et l’aquarium de Bonito.

1/ L’aquarium de Bonito

Bon, autant le dire d’emblée : l’aquarium de Bonito n’est pas une visite indispensable, mais il nous a permis de meubler une après-midi pluvieuse. Nous avons pu découvrir les poissons qui peuplent la région et de reconnaître les poissons que nous avions pu apercevoir à la pêche quelques jours plus tôt dans le Pantanal (piranha, traira, dourado cachorro…).

Utile également pour mettre une image en face des poissons qu’on nous propose au restaurant : pintado, pirarucu, pacu… Les pintados (robe à pois) et leurs cousins les cacharas (rayés) sont assez drôles avec leur nage nonchalante et leurs gros bides blancs qui traînent par terre. Et dans l’assiette… ils sont très bons !

F1

L’aquarium est petit et la visite guidée de 45 minutes est inclue dans le prix d’entrée. En sympathisant avec notre guide – qui lui aussi ne parlait que le portugais – il nous a gentiment proposé de revenir (gratuitement !) à 20h à l’aquarium pour assister au nourrissage des poissons.

Nous avons aimé voir les piranhas dévorer frénétiquement en quelques secondes les gros morceaux de viandes.

I1

Et aussi les piraputangas qui sont capables de sauter à plus d’un mètre au dessus de l’eau pour attraper une boulette de nourriture collée au bout d’une tige de bambou. Ces poissons ont une excellente vision de ce qui se passe au dessus de l’eau. Dans leur milieu naturel, ils sautent pour gober les insectes. On a essayé de les leurrer avec un bambou sans boulette de nourriture : pas fous, ils ne sautent pas !

Nous avons également pu nourrir nous-même de sympathiques petites raies toutes mignonnes qui venaient picorer dans nos mains des morceaux de poissons. On en adopterait bien une…

H3

DSC08730 _min

2/ Gruta Lago Azul

Activité incontournable de Bonito : c’est le paysage de carte postale de la ville !

Après un peu plus de 20 km de voiture, nous arrivons sur le site de Gruta Lago Azul, qui signifie « La Grotte au Lac Bleu ». Après une courte marche de 300m à travers un sentier de forêt, nous arrivons au porte de la grotte, près à descendre les 305 marches qui nous amènent au fond de la grotte, au nous découvrons l’une des plus grandes cavités inondées de la planète.

Notre guide ne parlait malheureusement que le portugais (à cette période de l’année les touristes étrangers sont rares : nous ne croisons quasiment que des brésiliens sur notre route) donc pas facile pour nous de tout comprendre de la visite guidée, mais ce n’est pas grave, le spectacle est là devant nos yeux !

Et c’est beau ! La palette de couleurs du lac va du bleu turquoise au bleu-noir là où la profondeur du lac atteint 90 mètres. Apparemment au fond du lac reposerait des fossiles d’animaux préhistoriques comme le tigre aux dents de sabre et la loutre géante.

D’après les guides, la bonne période pour visiter la grotte se situerait entre décembre et janvier, lorsque la lumière du soleil pénètre dans la grotte avec la bonne inclinaison pour éclairer directement le lac et en sublimer les couleurs, mais on a quand même été gâté par le spectacle malgré la pluie et le soleil qui peinait à percer la couverture nuageuse ce jour-là.

G3

3/ Rio da Prata

Nous hésitions entre deux snorkelings : Rio da Prata et Rio Sucuri. Notre choix s’est porté sur Rio da Prata car c’est le parcours le plus réputé de Bonito, avec la garantie d’observer une multitude de poissons. Rio Sucuri a l’air très bien également, avec une végétation aquatique plus fournie. Cependant, le parcours est un peu plus court et les poissons sont moins abondants.

A Bonito, nous faisons la rencontre de Solène, une jeune française de 26 ans partie en tour du monde quelques mois avant nous, et qui est logée dans le même hôtel que Miranda. Nous les croisons par hasard alors que nous étions attablés à un bar-terrasse. Miranda ne fera pas le tour du « Rio da Prata » avec nous mais Solène est partante pour nous accompagner, malgré les prévisions météo pessimistes !

Arrivés sur le lieu de l’activité, à environ 50 km de Bonito, un sentier pédestre de 2200 mètres nous attend. Nous nous mettons en tenue de combat : combinaison courte et chaussons en néoprène, masque et tuba sous le bras.

Sur place, interdiction d’utiliser du répulsif anti-moustique et de la crème solaire, et on comprend rapidement pourquoi : cette réserve naturelle est remarquablement préservée et les consignes sont strictes. De plus, interdiction de palmer avec les jambes : on n’utilise que les bras en mouvement de brasse en surface pour éviter de polluer l’eau cristalline en faisant remonter des particules de vase ou de sable. Interdit également de poser le pied sur le fond, afin de ne pas dégrader la nature. On se laisse simplement porter par le courant, en flottant tranquillement (« flutuaçao » en portugais).

Et coup de chance pour nous, les nuages se volatilisent, et laissent place à un grand ciel bleu et à un doux soleil venant nous chauffer la peau.

D3

L’eau est cristalline et nous offre une visibilité jusqu’à 60 mètres ! Sa transparence nous donne l’impression de planer au dessus d’un monde magique minuscule, aux paysages variés : nous passons au dessus de grandes plaines d’herbes vertes aquatiques qui oscillent lentement sous les arabesques de dentelle lumineuse créées par le soleil, nous passons à côté de forêts de souches de bois sans feuilles, et survolons parfois des déserts aux remous sablonneux dus à des remontées d’eaux souterraines. On est comme des géants qui volent !

Autour de nous ça grouille de vie ! Une multitude de poissons de toutes tailles semblent eux aussi flotter dans l’air, il y a aussi des crevettes, des escargots aquatiques, etc.

C’est vraiment beau !

G3

Voici les photos et vidéo qui valent mieux que mille mots

F2

Infos pratiques

Pour loger à Bonito : l’hostel Catarino’s a l’air assez récent et pas encore très connu. Il propose des prix intéressants (chambre privée, salle de bain commune à 80 reals, avec petit déjeuner gargantuesque inclus).
Pour manger à Bonito : le restaurant Toca do Peixe, sur la place principale avec la fontaine de poissons géants, propose d’excellentes bouchées de poisson frits pour 2 personnes, servies avec du riz, de la sauce de poisson, de la farine de manioc (farofa) et une salade.

DSC08632 _min
Pour visiter :

La visite de l’aquarium de Bonito coûte 40 reals par personne (soit environ 10 €).

L’excursion pour la visite de la grotte Lago Azul coûte 50 reals par personne (13 €) en basse saison, auxquels s’ajoutent les frais de transport (100 reals pour une voiture privée – 26 €). En haute saison, le prix est de 65 reals hors transport.

L’excursion Rio da Prata coûte 170 reals par personne (soit 43,5 €) en basse saison, auxquels s’ajoutent les frais de transport (60 reals/15€ par personne pour un véhicule partagé à 3). L’équipement (combinaison, masque et tuba) est compris dans le prix. En haute saison, le prix est de 210 reals hors transport.

Bilan ?

Malgré la météo capricieuse, Bonito a été un coup de cœur, et en particulier la superbe rivière Rio da Prata où on se croirait dans un aquarium géant ! Nous mettons à jour notre Carte des Coups de Cœur.

Au final, l’aquarium de Bonito aura été une bonne introduction à cette balade aquatique : nous avons pu reconnaître de nombreux poissons entre les piraputangas, les énormes dorados…

On a fortement hésité à visiter la grotte Abismo Anhumas, formidable excursion au centre de la terre, qui commence par une descente en rappel de 72m, suivie par un tour en bateau et une plongée en bouteilles dans une eau limpide de lac souterrain avec une visibilité à 60m ! La remontée à la force des bras est semble-t-il assez difficile, mais c’est surtout le temps maussade, le nombre de place limité (16 personnes par jour) et le prix exorbitant (1270 reals par personne hors transport, soit 325 €) qui nous ont dissuadé.

On aurait aimé pouvoir visiter le Projet Jibóia, qui est un centre d’éducation environnementale et de sensibilisation sur le monde des serpents. Le but est de casser les peurs infondées de la société sur ces braves bêtes. Des conférences sont données tous les jours par un passionné de 19h à 21h30, mais uniquement en portugais ! Prix : 40 reals par personne.

Prochaine étape : la forêt amazonienne à Manaus !

3 commentaires sur « (J+75) Brésil – Bonito et ses eaux cristallines »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s