(J+35) La Paz, capitale administrative de la Bolivie

La Paz, c’est une capitale de taille qui s’étale sur plusieurs kilomètres, mais qui n’abrite que « seulement » un million d’habitants, voire deux millions si on compte El Alto, ancien quartier de La Paz devenu aujourd’hui une ville à part entière !

Voici notre premier article sur le sol bolivien : nous ouvrons donc la section « Bolivie » de notre Carnet de Voyage !

Après un trajet en bus depuis Copacabana qui durera 4h30 (1h de plus que la normale à cause de blocages depuis plusieurs semaines sur la route), dont la moitié sur une route cahoteuse qui mettra à rude épreuve les suspensions du bus, nous atteignons enfin La Paz, la capitale bolivienne !

I5

map_lapaz

1/ La Paz, capitale de la Bolivie

La Paz, c’est une capitale de taille qui s’étale sur plusieurs kilomètres, mais qui n’abrite que « seulement » un million d’habitants, voire deux millions si on compte El Alto, ancien quartier de La Paz devenu aujourd’hui une ville à part entière !

La Paz est logée dans une vallée en contrebas du plato del Alto : les deux villes se touchent mais il y a un dénivelé de 500m entre les deux… Ça grimpe sec, faut avoir des mollets en béton !

I3

Techniquement, El Alto ayant récemment obtenu le statut de ville à part entière, c’est aujourd’hui la plus haute ville du monde, culminant à 4149m d’altitude ! Suivi de près par Potosi (en Bolivie également) à 4090m d’altitude, reléguée à présent au deuxième rang du classement.

I1

Heureusement les Suisses sont là et ont importé dans la ville de beaux téléphériques flambants neufs ! On se croirait au ski… Ces téléphériques, hyper pratiques, sont de vrais métros aériens permettant de relier un point à l’autre de la ville en un rien de temps et pour un prix dérisoire, en survolant bouchons, ferias et pigeons. A faire également de nuit juste pour le plaisir de voir la ville illuminée !

Des férias (marchés) les plus grandes d’Amérique latine sont organisées tous les jeudis et les dimanches à El Alto. Ça grouille dans tous les sens. De nombreuses rues sont coupées, envahies par des milliers de stands et de passants. Mieux vaut éviter le quartier en voiture ces jours là, c’est l’horreur pour circuler ! On n’a malheureusement pas eu le temps d’y aller sur la terre ferme (seulement une visite perché du haut de notre téléphérique), mais on nous a dit que ce n’était pas un endroit où sortir son appareil photo

I4

. Mieux vaut y aller les mains dans les poches, juste pour le plaisir des yeux, sans quoi on risque de finir à poil ! Les pickpockets y sont redoutables et peuvent agir en bande…

DSC05027 (FILEminimizer)

La visite de La Paz en elle-même n’est pas transcendante. Nous nous sommes baladés une demie-journée dans le centre, à travers les ruelles et les marchés, dont le Marché aux Sorcières où se vendent toutes sortes de potions et objets pour rituels tels que les fœtus de lama à enterrer sous les fondations de sa maison pour éloigner le mauvais sort. N’ayez crainte, on en a pas acheté : pas de maison, pas de fœtus !

Nous avons également été surpris par la Plaza Morillo, littéralement recouverte de pigeons ! Encore pire que la place St Marc à Venise, et c’est dire… Mais les passants semblent s’en amuser et laissent les pigeons leur picorer sur l’épaule ou la tête…

Mais les meilleurs endroits à visiter se situent à l’extérieur de la Paz ! Nous avons fait une excursion avec nos amis Jérémie et Vlada à la Valle de la Luna, au Sud-Est de la ville. La balade, qui dure une heure, nous fait découvrir un paysage désertique, entièrement constitué de roche sablonneuse fortement ravinée par les pluies. Le sol semble s’être effondré au fil des ans, creusant toujours plus la roche sous nos pieds. Le résultat est superbe, le paysage hérissé de pics. Mais on apprend avec stupeur que tout La Paz est construit sur ce type de roche, et c’est vrai qu’on aperçoit dans la ville des formations rocheuses ressemblant à la Valle de la Luna. Pour construire leurs maisons, les boliviens rasent la montagne, de constitution sableuse. Pour l’instant La Paz est épargnée par les tremblements de terre, mais on peut craindre que si un jour un tel événement arrive, la ville s’écroule comme un château de cartes…

I2

Un peu plus à l’Est se trouve la Muela del diablo (la Dent du Diable), qui est une formation rocheuse qui pointe sur un plateau. On a fait les flemmards (mais aussi parce qu’on était bien occupés, cf. Ci-après), on a pris un taxi jusqu’au pied du pic pour grimper escalader uniquement les derniers mètres à pied pendant 15-20min. De là, la vue sur la Paz est superbe !

On aurait pu également faire autour de La Paz :

  • La Death road en vélo, « the world’s most dangerous road » : cette route a été désignée ainsi car elle est très étroite et donne sur un précipice de 600m. 26 voitures en moyenne par an y sont tombées ! Depuis 2007, des travaux ont été faits et cette route est désormais ouverte uniquement aux cyclistes
  • Les ruines de Tiwanacu
  • Le trek de El Choro ou Chemin de l’Inca de La Cumbre à Coroico (3 jours de randonée en descente)
  • L’ascension du glacier Huayna Potosi à plus de 6000m pour le challenge sportif et personnel

2/ Le Restaurant Mappemonde

Il était non concevable de passer à La Paz sans faire un coucou à nos amis Jérémie et Vlada, qui se sont lancés dans l’aventure d’ouvrir un restaurant gastronomique sur la capitale bolivienne il y a presque deux ans !

Débarqués un peu à l’improviste (ils savaient quand même qu’on arrivait « bientôt » à la Paz), ils nous ont gentiment accueilli chez eux, dans la chaleur de leur restaurant situé juste à côté du quartier Sopocachi.

H2

DSC05144 (FILEminimizer)

Notre arrivée impromptue tombait bien : la semaine s’annonçait rude pour le restaurant avec une soirée jazz et un mariage alors que la main-d’œuvre était manquante

I5

L’expérience était trop tentante pour nous et nous avons enfilé les belles chemises noires du restaurant MappeMonde pour découvrir l’envers du décor d’un restaurant gastronomique et filer un coup de main : marquer les filets de Paiche (une sorte de poisson chat d’Amazonie à la chair blanche et ferme), caraméliser les ananas à la plancha, frire les beignets de crevettes et les quenelles de patates douces au gingembre, faire la plonge, aider au dressage en cuisine, servir les plats en salle, jouer au barman et servir les cocktails au bar… Et même accompagner le chef pendant qu’il achète ses produits frais au marché !

F3

L’expérience était super à vivre ! On a vécu pendant six jours au rythme du restaurant, avec ses branle-bas de combat pour que tout soit prêt avant l’ouverture du service, ses coups de feu en cuisine, ses coups de fatigue, ses moments de rigolades, ses repas tardifs mais appréciés après le service…

G3

Nos heures de sommeil ont été comptées, mais notre motivation était sans limite face à la gentillesse et à la bonne humeur de Vlada et Jérémie ! Et nous n’avons pas eu à nous plaindre : on a eu la chance de déguster des plats incroyables tout aussi originaux les uns que les autres, préparés par les mains expertes et alertes de notre chef : Gaspacho au coulis de pesto, Bruschetta de truite fumée, Guacamole et glace au poivron, Carpaccio de lama, Filet de bœuf Argentin, Parmentier de crocodile, Poulet coco-vanille, etc.

Mais la spécialité de Jérémie, ce sont les desserts ! Les deux plus spectaculaires qu’on ait eu la chance goûter sont la mandarine givrée et sa glace au vin rouge, servie sur une soucoupe débordant de fumée parfumée à la cardamone, et le dessert spécial « Mappe Monde » avec un nougat glacé dans une coque de chocolat à l’orange. Nous avons aussi goûté l’excellent Fantastik revisité chocolat-café. Ses desserts font leur petit effet, avec leurs belles finitions.

Oui oui oui, on a fait une cure de bons petits plats, après avoir frisé l’overdose de arroz con pollo depuis notre arrivée en Amérique du Sud !

H2

On a également profité de notre passage pour aider au marketing en montant une vidéo promotionnelle du restaurant, où l’on peut découvrir la qualité et le soin des plats préparés !

Si vous passez par La Paz et que vous voulez vous régaler vos papilles, vous pouvez aller les yeux fermés au restaurant Mappe Monde !

Infos pratiques :

Restaurante Mappe Monde

Chef Jérémie Duprey

Avenue 6 de Augusto #2976 (San Jorge) – La Paz – Bolivia

Tel :+591 69867407

Facebook : Restaurante Mappe Monde

Allez ! Voici maintenant la vidéo souvenir de notre passage à La Paz (Et oui, un article avec deux vidéos ce n’est pas tous les jours !)

Après cette pause dans notre périple, il est temps pour nous de continuer notre route en se dirigeant vers le sud de la Bolivie, vers Uyuni et son fameux Salar – le plus grand désert de sel au monde !

9 commentaires sur « (J+35) La Paz, capitale administrative de la Bolivie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s